Francine Potvin

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/10

Les travaux de Francine Potvin présentés ici sont le fruit de différentes recherches formelles. Celles-ci résultent d’une pratique intuitive, foisonnante, de même que d’un modus operandi caractérisé par l’idée de la pièce unique s’insérant à l’intérieur d’une série.

Le minéral et le végétal, les notions d’amalgame, de microcosme et de macrocosme, de réceptacle, sont autant de thèmes abordés pour explorer l’aspect sacré de la nature et de la vie.

Dans la série de sculptures Analogies et correspondances, de la matière végétale est enrobée d’argile-papier. Les éléments ainsi obtenus sont émaillés, puis empilés sur des bases façonnées à la main. Les natures mortes qui s’en trouvent créées mettent à jour des réciprocités inattendues entre terre et mer.

Toujours par façonnage manuel, la série de Vaisseaux-Circonvolutions a pris forme au moyen de la répétition inlassable de mêmes gestes. En résultent de grands vaisseaux ajourés où les pleins dansent avec les vides pour configurer le réceptacle.

D’autres formes sont aussi issues de la notion de réceptacle : de petits objets de contemplation, des boîtes et des urnes. Tous sont polis à la cuillère d’argent, enfumés à la sciure de bois, et des pierres y sont intégrées. La pierre creuse sa niche dans l’argile malléable et dicte en partie la forme qui en ressortira. Au fil des gestes, le polissage et l’enfumage deviennent des rituels. Ici, l’argile est nue, peau-fossile libre de toute glaçure; elle respire, elle est chaude et douce au toucher.

Tous ces objets constituent autant d’invitations à affiner notre perception du monde - à cultiver un sentiment de révérence et d’enchantement pour la fabuleuse nature dont nous faisons partie.